Sur le Fil • roman

Westend61 / Ekaterina Yakunina /Legs of girls standing on floor covered with confetti Westend61 / Ekaterina Yakunina /Legs of girls standing on floor covered with confetti

Présentation

Elise se sent à l’étroit dans son village. Alors que son meilleur ami lui propose de partir avec lui, un événement brutal va les séparer. 

Vingt-six ans plus tard, Christa, superbe femme malentendante que la vie n’épargne pas, se bat pour s’intégrer dans notre société en manque de tolérance. Sa petite sœur Julie, adolescente tourmentée, découvre un secret de famille qui va briser ses repères. Elle va alors, avec le courage de la jeunesse, démêler le fil du passé.

D’un village jurassien à Berlin, une histoire d’amour filial, de secrets et de leurs conséquences, de différences et d’espoir.

Un roman palpitant sur trois femmes, qui ensemble, vont reprendre le contrôle de leur vie.

 

Je trouve cette histoire tellement dans l’air du temps avec cette place de la femme qui bouge et une ouverture vers la différence. Les questions sur le rapport à nos parents, à ce qu’on dit et ce qu’on ne dit pas, à comment évoluer avec les tuiles qui nous tombent dessus au cours d’une vie. Je trouve cette histoire tellement universelle.

Valérie M.

Pour être tenu au courant de sa publication, je vous invite à vous inscrire à ma mailing list. Merci!

Genèse du livre

Dans les coins de pays où tout le monde se connaît, il suffit d’une particularité physique ou d’une anecdote pour qu’on se retrouve avec un surnom parfois ridicule et pas très sympa, et ce, pendant des années, voir des générations!
Le manque de tolérance pour les gens « hors normes » me touche. Alors que souvent, il suffirait d’en parler, d’expliquer, de comprendre pour réduire les craintes ou les regards en coin, pour améliorer l’intégration tout simplement.

L’Epilepsie est un mal méconnu qui inspire la crainte. Beaucoup de fausses croyances circulent. Que dois-je faire si il/elle fait une crise? C’est un mal mystérieux qui revêt tant de visages différents. Lorsque le membre d’une famille est épileptique, cela exige souvent une implication de chacun.

La malentendance et les difficultés de communication me touchent particulièrement, car c’est une particularité qui est invisible et qui « agace ». Les interlocuteurs s’impatientent, s’imaginent qu’une personne malentendante appareillée devrait entendre normalement, et pourtant…

Lors de conférences sur le sujet de la malentendance, des participants malentendants me confiaient dépités que ce n’est pas eux qui devraient participer à ces forums, mais leurs proches! C’est leur entourage qui ne comprend pas ce qu’ils vivent, qui ne se rend pas compte (mais comment le pourrait-il?).

C’est la motivation principale qui m’a portée pendant sept ans pour écrire ce deuxième roman:
écrire une histoire divertissante, qui en même temps fait découvrir le monde des malentendants, leurs difficultés, leurs émotions, tout en donnant des pistes pour mieux les intégrer, mieux les comprendre, et même leur faciliter la vie.
Mon objectif était d’écrire une histoire grand public aussi captivante qu’un polar, qui diffuse un message de tolérance et d’espoir.
La sororité et l’émancipation des femmes sont aussi des thèmes qui me tiennent à cœur. Voilà comment sont nées mes trois héroïnes Elise et ses deux filles; Christa et Julie.

Autour du livre

Thèmes abordés

Acceptation de la différence, inclusivité et tolérance. L’acceptation du handicap, surtout dans une communauté dans laquelle tout le monde se connaît,

L’amour filial, que sommes-nous prêt à sacrifier pour notre famille ?

La relation particulière entre sœurs séparées par une grande différence d’âge.

L’émancipation des femmes de 1980 à nos jours.
Deux décors qui me tiennent à cœur : Le Jura, sa vie de village et BERLIN, la métropole.

Le Berlin moderne, son ambiance, son ouverture, mais son côté sombre aussi. Déjà abordé dans mon premier roman Un été de trop, j’ai voulu faire découvrir un Berlin plus alternatif, avec plus de caractère.

Isabelle Aeschlimann

Pour aller plus loin

La malentendance

Un handicap invisible qui éloigne des autres

portrait de Aline Fournier

Cultivez la différence

Conférence TED d’Aline Fournier

Photographe malentendante, Aline Fournier nous marque par la profondeur de ses œuvres et sa sensibilité.

Depuis le début de ce projet de livre, en 2014, je découvre le monde des malentendants. La fondation Forom Ecoute et ses journées à thèmes, plusieurs personnes malentendantes et des professionnels (psychologue, audioprothésistes, enseignante en lecture labiale), m’ont faire part de leur expérience avec générosité.

 Voici quelques liens, si vous voulez vous aussi faire connaissance avec cet univers.


« Être malentendant n’est pas toujours facile à vivre tous les jours. Et pourtant, en dédramatisant un peu, il est possible d’en rire. »

— Angélique Cadic

Malentendante et appareillée depuis plus de 20 ans, Angélique partage avec nous sa vision dédramatisée du handicap et de l’appareillage auditif à travers ses chroniques et les témoignages de malentendant : jesuismalentendant.com

La fondation romande des malentendants

Forom écoute est la fondation romande des malentendants.

Le magazine : ecoute.ch/magazine
Le site web : ecoute.ch

« Ma Bande Dessinée relate de façon humoristique les relations sourds et entendants dans la vie de tous les jours. »

— Sara, site web la-bd-de-sara.fr

La BD des Sourds

Elle s’appelle Sara et j’adore son projet. Ses BD font mouche et nous aident à comprendre ce que vivent les personnes malentendantes. Son humour grinçant nous remet en questions, car forcément, on a tous été au moins une fois une de ces personnes indélicates ou maladroites décrites dans ses BD. À lire et à soutenir absolument !

L’épilepsie

Un bug neurologique qui complique la vie

L’épilepsie effraie par son imprévisibilité et par ses symptômes démonstratifs qui peuvent s’avérer effrayant. L’épilepsie demande une certaine hygiène de vie car la fatigue, l’alcool, les écrans peuvent influencer les crises. Et il faut grandir, fréquenter l’école, développer une vie sociale avec ces contraintes.

Je me suis intéressée à l’épilepsie, peut-être parce que personnellement, je suis beaucoup dans le contrôle, dans la maîtrise de soi, alors que l’épilepsie est souvent imprévisible et peu bouleverser les journées, les plans de la personne et de son entourage.

Adolescente, je me souviens avoir assisté à une crise d’épilepsie dans la cours de mon lycée, alors qu’il y avait beaucoup de monde. Je me souviens seulement de l’effroi générale à cause de l’incompétence de chacun : Que faut-il faire ? Que se passe-t-il ? Comment peut-on l’aider? 

Puis je me souviens de l’ambulance qui était venu, de l’impression de gravité de l’incident, alors que le lendemain, cette même personne était à nouveau présente et paraissait en pleine forme.

En m’intéressant à ce mal, j’ai découvert qu’il était souvent méconnu et affublé de clichés. J’ai découvert un monde fait d’imprévus, de souffrances et d’espoir, de résilience aussi. Et d’adaptation. S’adapter à des contraintes, à des effets secondaires.

Association Epi-Suisse : l’organisation suisse des patients atteints d’épilepsie : https://epi-suisse.ch/fr/

Association épilepsie France : http://www.epilepsie-france.com/

Groupe facebook : Ma vie a changé depuis que je suis épileptique…

Westend61 / Ekaterina Yakunina /Legs of girls standing on floor covered with confetti